©

Loïc Bailliard

Published on Tue, November 9, 2021 by Finishers
Finishers

Boris Ghirardi, le coeur avant le chrono

Au mois d’août 2021, en Suisse, a eu lieu la 46ème édition de Sierre-Zinal, considérée comme l'une des plus belles courses en montagne du monde et notamment l'une des doyennes de la discipline. Depuis 1974, les 5 sommets du Valais qui entourent l’épreuve en ont vu des exploits... Ils ont assisté lors de cette édition à celui de Boris Ghirardi, amputé de la jambe gauche en 2019 suite à un accident de moto.

S'il fallait résumer Boris Ghirardi et son combat depuis deux ans à une scène du magnifique documentaire d’Alexis Berg, “Rebond”, direction le 20ème kilomètre du trail de Sierre-Zinal, lors d’un ravitaillement. Un énorme orage ⛈ tombe sur la course, les conditions commencent à être dangereuses... Pour les organisateurs et les accompagnateurs, il faut s’arrêter. Trempé, fatigué, Boris reste concentré et déterminé 👊. “On va aller au bout” dit-il en reprenant la course, quasi en transe, sans même attendre ses accompagnateurs... Il sera stoppé dans cette tentative par les organisateurs. Loin d'être résigné, il est prêt à tout pour finir ce qu'il avait commencé. Quelques jours plus tard (26 août 2021), il obtient gain de cause et réussi finalement à terminer la course en 7 heures et 45 minutes ! Bluffant 🙌. Les souffrances imposées par la lame sont pourtant bien présentes. Celle qu'il possède est conçue pour maximiser l'adhérence sur des sentiers plus ou moins escarpés, néanmoins la douleur peut parfois subsister. Mais qu'importe, Boris Ghirardi possède une détermination incroyable et respire la joie. “Pour moi, la liberté, c’est de pouvoir vivre pleinement sa vie, et pour la vivre pleinement, il faut s’écouter... Si en revanche j’avais écouté tout le monde, je commencerais à trottiner vaguement. Je n’utiliserais pas toutes mes capacités. Il faut ressentir ses possibilités”. Il y a deux ans, deux mois après l’accident, le Toulousain courait ainsi son premier trail... “Je voulais sentir le vent sur mon visage, être dans la nature, sentir les odeurs...” l’entend-on dire avec émotion dans le documentaire d’Alexis Berg. 🎥

(Credit : Boris Ghirardi / Boris et Kílian Jornet en pleine discussion avant la Sierre-Zinal)

Et maintenant ?

Dopé à l’amour des siens et de sa fille, pour qui son rétablissement était une évidence et à qui il doit son surnom “pied de robot” 🦿(son nom sur Instagram), Boris n’est pas focalisé sur sa performance et désire atteindre d’autres sommets, plus collectifs cette fois : “Je rêve désormais que ce que je peux réaliser aujourd’hui puisse être accessible à tous. C’est extraordinaire de pouvoir faire tout ça, j’ai la chance d’avoir le soutien indéfectible de mes proches, de mes amis, de Salomon, I-Run, Hopper... J’en profite au maximum mais j’aimerais tellement, tellement, que ce soit accessible à tous. Avec l’association "Level Up" que j’ai fondée, je visite les centres de rééducation pour montrer que tout est possible. Que tout le monde puisse toucher à ce plaisir, à la liberté de mouvement, au plaisir du corps en mouvement... Pouvoir aller là où on veut comme on veut. La liberté est belle quand elle est partagée. Courir avec mes potes, c’est la vie. Il faut que cela puisse être accessible à tous. Pour moi, faire une rando est motivé par le plaisir, le jeu, l’instant présent. C’est ce qui me motive le plus au-delà de la performance. Bien sûr, elle est admirable quand on se dépasse soi-même, mais le sens est primordial”.

(Credit : Julien Raison / Boris Ghirardi)

Le projet Hopper 3000 : l'ascension émotionnelle

Avec Boris, les actions précèdent les mots... En septembre dernier, dans la foulée du Sierre-Zinal, il a ainsi encouragé et accompagné 5 coureurs amputés, dont un des deux jambes, au sommet d’une montagne de 3000 mètres dans les Alpes ⛰. “C’est le projet Hopper 3000. Ils étaient cinq : Lucas, Sarah, Christophe, Jérôme et Michel, 19 ans à 64 ans, pas forcément sportifs. Ils sont tous arrivés au sommet et sont aussi redescendus, ce qui est encore plus dur que la montée pour nous, les appuis étant très difficiles à gérer en descente. Ils ont brillamment franchi ce 3000, l’émotion était grande là-haut. Tout le monde peut s’identifier à eux et à leur performance. Les valides peuvent changer leur regard sur nous, le mot handicap, il n’est pas juste si l’on regarde cette réalisation...

(Credit : Loïc Bailliard / Les athlètes et les accompagnateurs ayant réalisé le projet "Hopper 3000" après leur arrivée au sommet)

Personnellement je m’autorise tout, je ne vois pas mon handicap.” La start-up Hopper développe la lame qu’utilise Boris Ghirardi et la commercialisera au printemps 2022. Pour le coureur, ambassadeur du projet, l’idée est que cela puisse être accessible à tous, en termes de prix mais également de technique, la lame n’étant pas réservée à la course à pied. Laissons le mot de la fin à cet homme incroyable qui a su se relever en si peu de temps d’un tel traumatisme : “Sierre-Zinal a été un grand moment d’émotion pour moi, j’ai vécu des moments extraordinaires, avec des gens que j’aime et qui m’ont accompagné pendant la course. Serge, Irène, Patrick, Thomas... C’était deux ans après mon amputation quasi jour pour jour... Cela avait du sens pour moi d’être sur cette course mythique, un des plus anciens trails de montagne au monde mais aussi l'un des plus beaux. C’était là où il fallait que je sois.” 👏

En mouvement.

Charles-Emmanuel Pean

Sources

Documentaire d’Alexis Berg, “Rebond” (2021)

Site internet du Trail de Sierre-Zinal

Site internet de Hopper

®

La plateforme nouvelle génération qui permet à tous les coureurs quel que soit leur niveau, de (re)découvrir le territoire et le patrimoine français, en trouvant les courses qui leur correspondent.