©

Auteur inconnu

Published on Mon, October 18, 2021 by Finishers
Finishers

El Ouafi Boughéra, prisonnier des temps

Connais-tu l'histoire d'Ahmed Boughéra El Ouafi, ce coureur et ouvrier français au destin tragique né le 15 octobre 1898 en Algérie. Lui qui n'avait rien d'un favori, remporta le Marathon des JO d'Amsterdam en 1928 et finit sa vie dans la misère. Aujourd'hui, en ce 18 octobre, nous retraçons la vie de ce marathonien d'exception, au destin tragique dont la vie s’est brutalement arrêtée le 18 octobre 1959…

Ce 5 août 1928 au Stade Olympique d’Amsterdam, la foule, réunie pour assister à l’arrivée du marathon, voit le numéro 71 pénétrer en tête dans l’arène. 200 mètres derrière, le chilien Manuel Plaza ne reverra jamais El Ouafi Boughéra, qui file vers la médaille d’or, remportant l’épreuve reine en 2h32 et 57 secondes. Il devient alors le deuxième tricolore de l’histoire à remporter le marathon aux JO, après Michel Théato en 1900.

Stade Olympique d'Amsterdam en 1928

Lors de ces J0 de 1928, le natif de Ouled Djellal est le seul français à remporter une médaille d’or, lui qui a déjà été deux fois Champion de France en 1924 et 1927. Voilà pour les exploits. La légèreté du pas de course d’El Ouafi est à l’opposé du poids de son destin. Né en Algérie en 1898, il rejoint l’armée française après son service militaire et participe à la fin du conflit en Allemagne (1918). 5 ans plus tard, repéré par un gradé qui avait vu en lui un certain potentiel athlétique, il s’envole pour Paris. Il défendra dès lors les couleurs du club omnisports du CASG Paris.

A partir de 1925, il rentre aux usines Renault de Boulogne-Billancourt, où il partage les conditions difficiles des manœuvres de l’époque. Aucun passe-droit ne lui ait accordé malgré son statut sportif, à une époque en France où seuls les cyclistes et les boxeurs sont reconnus du grand public. Ce qui ne l’empêchera pas de s’entraîner d’arrache-pied lors de ses temps libres et de remporter le Marathon d’Amsterdam, où personne ne l’attendait.

Sa victoire en 1928 va pourtant se retourner contre lui.

Pour améliorer son quotidien, il tente de profiter de la lumière olympique. Mais, acceptant l’invitation d’un promoteur américain à venir réaliser des exhibitions de l’autre côté de l’Atlantique, il est interdit de compétition à son retour en Europe par le Comité National Olympique et la Fédération Française d’Athlétisme. Dans les textes fédéraux, il était en effet interdit à un sportif amateur de toucher de l’argent de son sport… Investissant ses petites économies dans un fond de commerce à Paris, il sera trahi par son collaborateur. Il devint peintre en bâtiment pour subvenir à ses besoins, glissant dans l’anonymat et à l’ombre de l’histoire.

En 1956, Alain Mimoun, vainqueur du marathon 28 ans après El Ouafi Boughéra, désira ramener un peu de dignité à son compatriote oublié. Le Champion français pesa de toute son influence et obtenu du Président René Coty quelques attentions, qui n’effaceront pas la dureté et l’âpreté des épreuves qu’a surmontées El Ouafi, coincé dans la grande horloge de son temps. Le 18 octobre 1959, il sera abattu à Paris dans des circonstances qui restent floues par des combattants du FLN, en pleine guerre d’Algérie. L’histoire d’El Ouafi, c’est l’histoire d’un homme ordinaire coincé dans la grande Histoire, celle des Nations. Une histoire universelle et touchante, qui ne peut pas être oubliée.

Si tu désires aller plus loin, je t’invite à prolonger l’histoire avec le superbe documentaire audio (lien ci-dessous) datant de 2013, signé Yvan Gastaut et Renaud Dalmar.

Charles-Emmanuel Pean

Sources 

France Culture - "La Fabrique de l'Histoire"

Marathon aux Jeux olympiques d'été de 1928 sur Wikipédia

Boughéra El Ouafi sur Wikipédia

®

The new generation platform that allows all runners, whatever their level, to (re)discover the French territory and heritage, by finding the races that suit them.