Publié le lun. 5 juillet 2021 par Finishers
Finishers

Robert «Raven» Kraft

Tu te souviens de cette scĂšne dans Forrest Gump dans laquelle le personnage jouĂ© par Tom Hanks se lĂšve de son fauteuil pour dĂ©buter un run qui n’en finira plus ? Le futur nous rĂ©vĂ©lera peut-ĂȘtre que l’écrivain amĂ©ricain Winston Groom, auteur du livre Ă©ponyme qui sera ensuite adaptĂ© au cinĂ©ma (1994) avec le succĂšs qu’on lui connaĂźt, s’est inspirĂ©, entre autres, de Robert « Raven » Kraft pour composer un morceau de l’histoire rocambolesque de son personnage.

Qui est ce fameux Robert ? Qui est cet homme barbu au regard perçant, aujourd’hui ĂągĂ© de 70 ans ? Le « corbeau », comme il a Ă©tĂ© surnommĂ© par un ami pour son amour du noir, court tous les jours 12 kilomĂštres sur la plage de Miami... depuis 45 ans ! Qu’il pleuve, qu’il vente, que Robert soit malade ou pas, rien ne peut l’empĂȘcher de rĂ©aliser son run quotidien. D’accomplir sa mission. Si tu veux connaĂźtre la sensation de courir au milieu d’un ouragan devant une mer dĂ©chaĂźnĂ©e, cours vite en Floride rejoindre le phĂ©nomĂšne, Robert a connu plusieurs fois l’expĂ©rience... Rien ne l’arrĂȘte. Les chiffres sont vertigineux et on lui laissera volontiers : plus de 160 000 kilomĂštres courus, 13 000 jours consĂ©cutifs de pratique...

Courir c'est se sentir bien dans son corps et dans sa tĂȘte.

Pour ce coureur si particulier, refusant notamment la compĂ©tition, tout dĂ©bute dans les annĂ©es 70 quand il quitte Miami et le foyer familial pour tenter sa chance dans la capitale musicale qu’était Nashville. Le jeune musicien est douĂ© et a des ambitions. Un jour, il entend Ă  la radio une de ses compositions. Sans en ĂȘtre crĂ©ditĂ©. Le rĂ©veil de ce rĂȘve musical est brutal. Robert rentre en colĂšre en Floride, et cherche quelque chose pour remplir sa vie comme seules la musique et l’écriture Ă©taient capables de le faire. Ce sera la course Ă  pied, sur le conseil d’un ami. Depuis, Robert Kraft ne s’est jamais arrĂȘtĂ©, surpassant tous les avis mĂ©dicaux concernant son Ă©tat physique. Une quĂȘte devenue quasi mystique et dont il partage l’intimitĂ© avec tous les coureurs l’accompagnant quotidiennement. Ils sont nombreux les tĂ©moignages de personnes qu’il a aidĂ©, Ă©coutĂ©, accompagnĂ©... Pour lui, courir c’est avant tout se sentir bien dans son corps et dans sa tĂȘte. Loin des chronos. PrĂšs du cƓur. Une de ses « fans », l’écrivaine Laura Lee Huttenbach, lui a consacrĂ© un livre : « Running with Raven ». Robert l’a par ailleurs surnommĂ© « White Lightning », soit l’éclair blanc, lui qui donne des surnoms Ă  tout va.

En 2020, « Raven » a encore fait parler de lui, pour une raison que personne n’aurait pu imaginer. La plage Ă©tant fermĂ©e au public Ă  cause de la pandĂ©mie, il a dĂ» se rĂ©soudre Ă  courir dans les rues de Miami. Au grand dam de ses genoux, de son dos, habituĂ©s Ă  la souplesse du sable... AprĂšs une dizaine de jours de ce traitement, son corps montrait dĂ©jĂ  de gros signes de souffrance. Alors, avec le soutien de nombreux habitants de la ville et profitant de son aura, Robert a pu obtenir de la ville le droit de retrouver sa plage chĂ©rie.

Je ne sais pas pour toi, mais si je passe Ă  Miami, je prendrais le temps de courir 8 miles avec Robert « Raven » Kraft. Pas pour participer Ă  ses records, mais bien pour avoir la chance d’ĂȘtre traversĂ© par son regard et ses rĂȘves.

Rendez-vous aujourd’hui Ă  17h30 Ă  South Beach, sur la cinquiĂšme rue. Tu y retrouveras Robert « Raven » Kraft, accrochĂ© Ă  son rĂȘve et Ă  la vie.

Écrit par Charles-Emmanuel Pean

Âź

La plateforme nouvelle génération qui permet à tous les coureurs quel que soit leur niveau, de (re)découvrir le territoire et le patrimoine français, en trouvant les courses qui leur correspondent.